« Nous toutes »


féminisme / samedi, novembre 24th, 2018

Je ne prends presque jamais de photos pendant les manifestations, je préfère marcher et m’imprégner de l’atmosphère. Aujourd’hui, j’avais mon appareil avec moi, et l’énergie était si forte que je n’ai pas pu résister. Cette marche était un cri du coeur, mais un cri respectueux. Toutes ces femmes et ces hommes défilaient contre la violence, fidèles à leurs convictions. Il n’y a eu ni bagarres, ni pillages, ni insultes, mais plutôt des slogans, de la musiques, des panneaux drôles, d’autres plus sérieux, un peu de danse et beaucoup de sourires échangés. La preuve que OUI, on peut marquer le coup de façon non violente.

Voilà quelle a été mon expérience de jeune femme à Paris en France jusqu’à maintenant. Je n’ai pas été victime de violences physiques et sexuelles. Mais beaucoup de mes proches l’ont été (bien plus que je ne l’aurais imaginé).

J’ai été complimentée puis insultée quand je ne répondais pas, dans la rue ou dans le métro, et 100% des femmes avec qui j’en ai parlé aussi. Je me souviens avoir raconté à ma mère qu’un homme m’avait aboyé dessus parce que je ne lui souriais pas, et elle m’avait répondu que ça lui était arrivé quelques jours auparavant. 

J’ai eu peur plusieurs fois, en marchant dans une rue sombre, mes mains serrant mes clés dans ma poche – une faible tentative de me préparer à me défendre si besoin – par des mecs qui devenaient trop insistants et n’avaient visiblement pas envie de comprendre que je ne voulais pas parler. Je me rappelle de cette fois où un inconnu s’est approché pour me toucher la poitrine, juste parce qu’il en avait envie. Et on parle ici de la France, un pays supposé libre, progressiste et ouvert. Imaginez ce qui se passe partout dans le monde à ce niveau…

Je travaille dans un domaine sexiste (qui évolue, mais lentement…) et même si j’ai eu le privilège de rencontrer des gens incroyables et talentueux en cours de route, j’ai aussi été témoin de, et soumise à des commentaires et des comportements sexistes ou sexuels inappropriés. J’étais jeune, je débutais et je n’avais aucune idée de la bonne façon de réagir, ni même de si il y avait quelque chose à faire. Donc je les ai mis de côté dans mon esprit.

J’ai toujours minimisé ces évènements, pensant que ce n’était pas très grave. J’ai grandi avec la conscience qu’ils pouvaient se produire, et que j’avais un rôle à jouer pour les éviter. Et ils se produisaient, régulièrement, tout le monde en était victime, donc c’était tout aussi simple de faire avec, ne pas trop y penser, et de faire plus attention la prochaine fois. C’est seulement quand le mouvement #metoo a émergé et est devenu de plus en plus fort que de mon côté j’ai commencé à me souvenir, à additionner toutes les histoires, les anecdotes, et à me sentir de plus en plus en colère.

 

 

Comment notre monde a-t-il pu devenir tordu au point que ce genre de comportements devienne pratiquement la norme ? Combien de tragédies, de dommages physiques et psychologiques à d’autres humains avant que les choses ne commencent vraiment à changer ? Quelle bonne raison, rationnelle, y a-t-il pour expliquer ces énormes inégalités ? Comment se fait-il que tant de gens aient cette terrible soif de pouvoir, cette tendance à faire le mal et faire souffrir…? Et ne ressentent aucune honte ? Je ne comprends pas… Je me demande dans quel genre de société vont grandir ma petite soeur de 15 ans, ma nièce de 4 ans ou cette petite fille qui m’a regardée droit dans les yeux lorsque je l’ai prise en photo aujourd’hui.

Mais voir ces gens marcher aujourd’hui a été pour moi un signe d’espoir. Que la prise de conscience se fait progressivement, et qu’un jour, le sexe, et plus généralement le genre, la couleur de peau ou les préférences sexuelles seront devenues des « non-sujets » parce qu’il n’y aura plus de raisons de se battre et de mourir pour eux. Que la liberté et l’égalité seront les nouvelles normes et pas juste de beaux concepts.

Pour citer un des slogans les plus cool du jour : « il est temps pour les femmes d’arrêter d’être poliment en colère ! ».

 


 

I almost never take pictures in marches, I usually just walk and take in the atmosphere with my eyes only. Today I happened to have my camera with me, and the energy was so overwhelming I couldn’t resist ✨ This march was a cry from the heart, but a respectful one. All these women and men marching against violence were true to their convictions. There was no fighting, no destroying, no insults, but instead, slogans, music, funny boards, more serious boards, a little bit of dancing and a lot of smiles exchanged. Proving that you CAN make a strong non-violent point.

As a woman in my (late) twenties in 2018 in Paris, France, here is what my experience has been so far. I haven’t been the victim of physical or sexual violence. But a lot of people close to me (way more than I would have imagined) have. . .

I have been cat called, and then insulted when I didn’t respond, in the subway or in the street, and I think 100% of the woman I talked about this with have as well. I even remember telling my mum that a guy had barked at me because I wasn’t smiling at him, and she replied it had happened to her just a few days before that…!

I was scared several times, walking in a dark street, my hand around my keys in my pocket – in a poor attempt to be ready to defend myself if needed – by guys becoming a little too insistent and apparently not willing to take no for an answer. I remember the time a man reached out to feel up my breast, just because he felt like it. And we’re talking about France, a supposedly free, progressive, and open country. Imagine what’s happening everywhere else in the world…

I work in a sexist field (changing slowly slowly, but still…) and even if I have been privileged to meet amazing and talented human beings on the way, I have also been witness of, and subjected to, inappropriate sexual or condescending comments or behavior due to my sex. As a young woman starting up in the field I obviously had no idea how to react, what to do, if something should even be done. So I just let it go.

I always minimized all these events, assuming it was no big deal. I grew up with this awareness, that these things could happen and that I had a role to play in avoiding them. And they did happen, all the time and to everyone, so better not think too much about it and be more careful next time. It’s only when the #metoo movement started to get stronger and stronger that on my end I started remembering and piling up all these stories, facts, anecdotes and getting angrier and angrier.

How fucked up has our world become that this kind of behavior has almost been a norm for so many years ? How many more tragedies, physical and psychological damage to fellow humans before things start to change for real ? What good, rational reason is there to explain these huge inequalities ? How come that so many people have this terrible thirst for power, this natural inclination to do wrong, to hurt others…? And feel no shame about doing it ? I don’t get it … I wonder what kind of society my 15 year-old sister, my baby niece or this little girl that looked straight into my eyes when I took her picture today, will be growing up in.

But seeing all these people march is a sign of hope. That awareness is spreading and that someday, sex and on a larger scale gender, skin color or sexual orientation will have become “non-topics” because there won’t be any reasons left to fight or die for them. That freedom and equality will be the true new norms and not just beautiful concepts.

To quote one of today’s coolest slogans : “it’s time for woman to stop being politely angry !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *